Fleurs de Mars en Val d’Ancœur


 

Au long de l’Ancœur…

Cette série, intitulée « Fleurs de Mars en Val d’Ancœur », résulte de plusieurs séances de prises de vues dans l’Espace Naturel des Bordes Chalonges, au bord du ru d’Ancœur (Seine-et-Marne).

Les fleurs de Mars…

À côté des fleurs les plus emblématiques de l’arrivée du printemps (Narcisse, Primevère, Anémone), cette série dévoile des photographies de fleurs plus discrètes (Scille, Ficaire, Violette), qui profitent entre les arbres encore dépourvus de feuilles d’une lumière de fin d’hiver toujours accessible. Des arbustes (Epine noire) s’empressent aussi de fleurir dans un air encore vif, avant même leurs premières feuilles.

Au mois de Mars, les sous-bois d’Île-de-France étincellent déjà des premiers éclats de couleur d’un printemps toujours plein d’audaces.

Pour ces fleurs de Mars, les espèces photographiées, sont dans l’ordre :

  • Narcisse des bois (Narcissus pseudonarcissus)
  • Scille à deux feuilles (Scilla bifolia)
  • Primevère officinale (Primula veris)
  • Anémone des bois (Anemone nemorosa)
  • Violette hérissée (Viola hirta)
  • Sylvie jaune (Anemone ranunculoides)
  • Anémone des bois (Anemone nemorosa)
  • Violette des chiens (Viola canina)
  • Epine noire (Prunus spinosa)
  • Narcisse des bois (Narcissus pseudonarcissus)
  • Ficaire fausse renoncule (Ficaria verna)
  • Violette hérissée (Viola hirta)
Format des tirages :

  • 50 x 70 cm : #2, #4, #11
  • 40 x 60 cm : #1, #3, #5, #6, #7, #8, #9, #10

 

Saviez-vous que…

 

  Saviez-vous quela Ficaire cache sous ses aisselles de « fausses graines » ?

Ce sont en fait des bulbilles cachés sous les aisselles de ses feuilles (non, cela ne sent pas la sueur !) qui se détachent lorsque la feuille est fanée. Ils vagabondent alors avec l’eau des averses et vont germer là où une rigole les portent. L’abondance de ces bulbilles qui se développent sous de bonnes conditions, et restent sur le sol lorsque la plante disparaît en été, a donné naissance à la superstition populaire d’une « pluie de pomme de terre » ou d’une « pluie de blé »


  Saviez-vous quele Narcisse des bois vit sous un faux nom ?

En effet, un peu partout en France, le Narcisse des bois ou Narcisse trompette se fait appeler « Jonquille ». Tromperie ! La véritable Jonquille est une autre espèce de Narcisse, très différente, demeurant dans la région méditerranéenne.  Le Narcisse jonquille (Narcissus jonquilla), est la seule qui rappelle sa dénomination espagnole de « petit jonc », faisant allusion à un feuillage en tube. Rendons-donc à cette « bonita flor española » ce qui lui appartient !


  Saviez-vous quela Sylvie jaune est une empoisonneuse ?

Rien que 200 milligrammes d’anémonine – le violent poison de l’anémone – pour faire rendre l’âme à un chien de 10 kilos ! Une teigne cette anémone ! Les chasseurs de Sibérie utilisaient d’ailleurs le jus de ses fleurs comme poison pour leurs flèches. L’arme chimique est ainsi la (funeste et impitoyable !) méthode employée par les anémones pour éloigner les chevreuils, cerfs et lapins, très attirés par ces premières feuilles et fleurs de printemps.